C'est un succès! 
Il en faudra des fleurs pour faire un seul bocal de miellat. Pour ceux qui considèrent le pissenlit comme de la mauvaise herbe, ce sera bénéfique. Pour les autres qui l'apprécient, ce sera aussi bénéfique. La première étape est fastidieuse dans cette préparation: le retrait des pédoncules. Et la dernière étape est longue: cuire jusqu'à obtention de la viscosité désirée.
Mais le résultat en vaut l'attente. Dans sa couleur ambre, ce miellat apporte aux bouches la fraîcheur du pré nouvellement fleuri, pas encore foulé. Le goût reste vert, ce sera une petite tranche d'écologie que vous dégusterez.